in

Comment devient-on addict aux jeux vidéo et comment s’en prémunir ?

World of Warcraft, Counter-Strike, Morowind, tels sont les noms de jeux vidéo qui reviennent lorsque l’on veut évoquer les addictions aux jeux vidéo. Ce sont souvent des jeux en ligne et qui se jouent à plusieurs. Ils ont tous un point commun : on devient vite accro.

Les jeux vidéo sont très appréciés par les 10-15 ans avec une pratique faite en majorité par les garçons, mais ne négligeons pas la présence des filles. De tous âges, de tous niveaux sociaux, les personnes qui jouent aux jeux vidéos sont de plus en plus nombreuses.

Pour certains, le jeu est essentiel pour vivre, et ne peuvent s’en passer. Ils doivent absolument être présents dans leur monde virtuel, ils sont dans l’addiction. Les plus présents sur ces plateformes virtuelles sont les jeunes hommes qui ont un emploi salarié (ils sont beaucoup plus concernés que les étudiants). Souvent, cela cache un mal de vivre plus profond, plus ancien et parfois des envies suicidaires. Les personnes qui vivent des chocs émotionnels intenses peuvent être concernées par cela : le jeu vidéo est alors un moyen de quitter la réalité, parfois trop douloureuse.

C’est pour cela que l’on peut conseiller ces quelques règles pour se protéger de l’addiction :

  • Jouer avec le jeune, ne pas le laisser seul dans son jeu.
  • Tenter de le prévenir sur son temps d’utilisation, en lui demandant de sortir en lui proposant autre chose.
  • Avec un enfant, ne pas diaboliser sa pratique, mais en parler et limiter sa durée de jeu.
  • Proposer des moments de partage pour contrebalancer la solitude provoquée par le jeu vidéo.

Il y a en effet beaucoup de choses à faire dans la réalité pour se contenter d’un monde virtuel, c’est la raison pour laquelle il ne faut pas hésiter à aider ces personnes qui sont dans des phénomènes de dépendance sans même s’en rendre compte.

C’est ainsi qu’un ancien accro aux jeux vidéo explique : « Comme dans un jeu de rôle, j’ai un corps et des aptitudes. J’ai donc transformé ma vie en un jeu de rôle« .

Sources : sante-medecine, psychologiesculturesciences – Photo principale : RebeccaPollard