Pourquoi le bizutage perdure-t-il malgré son interdiction ?


capture-2017-01-06-a-19-30-59

Saint Augustin l’écrit lui-même dans ses Confessions : il avait en « horreur leurs méfaits, ces brimades dont ils accablaient insolemment la timidité des nouveaux venus, qu’ils effrayaient et insultaient sans raison, pour nourrir leurs joies si méchantes. Rien ne ressemble davantage aux actes des démons. »

Depuis 1998, le bizutage est interdit officiellement, mais tout le monde le sait et particulièrement les étudiants, le bizutage continue, perdure et pose parfois des problèmes.

Le bizutage est indissociable de la rentrée scolaire, cependant il est officiellement interdit depuis 1998. Parfois revendiqué comme une tradition, le bizutage est néanmoins parfois imposé aux nouveaux arrivants. S’il peut être bon enfant, on note parfois des dérives, actes humiliants, déguisements avilissants, brimades et attitudes hautement discutables et offensantes. Ceci est d’autant plus renforcé par l’utilisation des réseaux sociaux : photos, vidéos, chantage à la diffusion… Les actes de bizutage sont donc encore très présents et renforcés par le recours aux réseaux sociaux. Les conséquences sur les personnes qui subissent cela peuvent mener jusqu’à l’irréparable : exclusion, repli sur soi voire suicide.

Paradoxalement, la loi française condamne tout cela depuis 1998, mais l’omerta est maintenue sur ces pratiques et le silence opère.

On peut souligner par exemple en 2008, l’affaire de bizutage de la faculté de médecine d’Amiens : les filles devaient mimer des positions sexuelles. La direction ne réagit pas et le recteur de l’académie fut démis de ses fonctions par la ministre de l’Enseignement supérieur de l’époque, Valérie Pécresse.

Et d’autres condamnations récentes d’étudiants pour différents faits de bizutages ont eu lieu en France.

Le bizutage connaît un regain surtout dans les « petites écoles », car elles copient le mode de fonctionnement des grandes écoles dont le bizutage fait partie. De plus, avec la crise les diplômes des grandes écoles, elles ne garantissent plus forcément un emploi à la sortie donc le bizutage intervient comme un moyen de lier les personnes d’une même école.

Le bizutage n’est en aucun cas un rite d’insertion, car le rite permet d’avancer dans la vie (le service militaire à une époque, le baccalauréat…).

Sachez enfin que le vrai courage n’est pas de se soumettre au bizutage, mais de dire non, de s’y opposer, car le principe central du bizutage est de donner l’illusion qu’on peut y échapper.

Sources : rtl, wikipédiapsychologies



Pourquoi le bizutage perdure-t-il malgré son interdiction ?

log in

reset password

Back to
log in