in ,

Pourquoi les femmes ont-elles plus froid que les hommes?

Crédits : Pixabay

Avec les jours qui se rafraîchissent viennent souvent un sujet de discorde : l’ajustement du chauffage. Alors que les femmes sont emmitouflées dans leurs plaids, les hommes veulent encore dormir avec les fenêtres ouvertes. Pourquoi la sensation de froid semble-t-elle perçue différemment selon les genres ?

La notion de confort thermique serait déterminée par une analyse des sensations entre le front — le point le plus chaud du corps — et les doigts — les points les plus froids. Cette analyse est permise par les cellules de notre peau. En plus d’être une barrière protectrice contre les rayons ultraviolets du soleil, un support de synthétisation de la vitamine D, elle est aussi le régulateur de notre température interne. Lorsque la température baisse, elle le détecte, transmet l’information au cerveau, ce qui enclenche une contraction des vaisseaux sanguins et permet alors le maintien de la chaleur du corps. Cette fonction physiologique nous est commune mais les femmes percevraient différemment l’écart de température entre le front et les extrémités.

Nous comptons principalement deux différences entre les genres pour expliquer l’écart entre nos sensations de froid.

Une première différence se situe dès au niveau de la masse musculaire. Lorsque le corps se refroidit, comme nous l’expliquions, il se contracte pour générer de la chaleur. Or, il est communément admis que les hommes sont dotés d’une masse musculaire plus importante, leur permettant de maintenir une température plus élevée que celle des femmes, sans même bouger.

Une seconde différence est liée aux hormones, facteur clef lors de l’évaluation de la température idéale, elles varient plus intensément chez les femmes. Les œstrogènes agiraient dans le processus de vasoconstriction (mécanisme qui contracte les vaisseaux sanguins). Selon le professeur de physiologie humaine à l’Université de Portsmouth, Michael Tipton, « la vasoconstriction se produit plus rapidement chez les femmes ». D’après ce scientifique, « le flux sanguin vers la peau est arrêté plus tôt et plus intensément que chez les hommes, et par la suite, les femmes prennent plus de temps à se réchauffer ». Les femmes auraient donc le sentiment d’avoir plus froid que les hommes, alors même que leur température générale serait plus élevée.

Lors d’une baisse de la température extérieure, l’organisme féminin retient la chaleur au niveau des organes vitaux, un processus qui serait initialement destiné à préserver un fœtus et qui est davantage sollicité en période de menstruations. Maintenant vous le savez, c’est encore un tour des hormones féminines !

Sources : Ouest-France ; Auféminin ; SantéMagazine