in

Pourquoi nous embrassons-nous?

Crédits : Pixabay

S’embrasser, une preuve d’attachement — si ce n’est une preuve d’amour — nous le pratiquons depuis des millénaires. Mais pourquoi avoir apporté cette symbolique à ce geste si particulier ? Connaissons-nous réellement cette pratique ?

Le baiser sur la bouche est une pratique culturelle à connotation affective que l’on retrouve chez les êtres humains, comme dans le monde animal, mais elle n’est pourtant pas universelle. Des fresques égyptiennes vieilles de 3 800 ans représentaient déjà des couples en train de s’embrasser mais il s’agit pourtant d’une pratique ignorée par certaines civilisations. En 1864, William Winwood Reade, explorateur britannique, racontait dans son ouvrage Savage Africa, qu’une princesse africaine avait cru qu’il voulait la manger lorsqu’il avait tenté de l’embrasser. On apprend qu’en 1970, 80 % des cultures connaissaient et pratiquaient le baiser. Un chiffre qui a évolué pour atteindre la quasi-totalité du monde aujourd’hui.

Mais d’où vient cette pratique ?

Selon les philématologues (experts de la science du baiser), les premiers baisers seraient exposés dans les textes védiques indiens, il y a plus de 3 500 ans, où ils évoquent la pratique du « reniflement avec la bouche ». Des couples en train de s’embrasser sont également représentés dans certaines fresques égyptiennes de l’Antiquité. Selon les chercheurs, c’est Alexandre Le Grand, en 300 av. J-C., qui aurait importé cette pratique en Occident, la diffusant ensuite à toute l’Europe au gré des conquêtes romaines.
Toutefois, la signification de cette pratique n’est pas toujours la même. Dans les récits d’Hérodote, les Perses du Ve siècle s’embrassaient mais seulement entre personnes du même statut social, ceux d’un rang inférieur devant se contenter d’embrasser les pieds de leurs maîtres. Au Moyen-âge, selon Yannick Carré — auteur du livre Le baiser sur la bouche au Moyen-âge —, s’embrasser sur la bouche était une preuve d’amitié incontestable et notamment un « grand honneur » adressé par un seigneur à son vassal. La symbolique de l’amour rattachée au baiser parviendra d’ailleurs à cette époque, en témoigne le baiser de Roméo et Juliette dans le roman de Shakespeare en 1597.
La manière de s’embrasser diffère aussi selon les cultures. Sheril Kirshenbaum explique que « les humains semblent avoir une envie instinctive de se lier de cette manière, mais le style et la forme dépendent de la culture et de l’expérience. À la naissance, les premières expériences du bébé en matière d’amour, de réconfort et de sécurité comportent une forme ou une autre de baiser. Aussi, du point de vue de la neuroscience, nous sommes programmés dès le plus jeune âge pour associer ces émotions positives avec le contact labial. »

La symbolique du baiser dans le couple

Dans une étude réalisée en 2013, les spécialistes en psychologie expérimentale et évolutionnaire, Rafael Wlodarski et Robin Dunbar ont prouvé l’importance considérable de cette pratique dans un couple. S’embrasser sur la bouche nous permettrait d’évaluer la qualité d’un partenaire potentiel grâce aux bactéries échangées. Le baiser serait également un déclencheur de sentiments auquel les femmes seraient d’ailleurs les plus sensibles.

Selon une autre étude publiée en 2015 dans la revue American Anthropologist, le baiser n’est pas un signe universel d’affection. Seulement 46 % des cultures humaines confèrent un sens romantique ou sexuel à cette pratique. La philématologue Sheril Kirshenbaum précisera d’ailleurs que la signification du baiser diffère selon le genre. Les hommes auraient davantage tendance à considérer cela comme un moyen de parvenir à leurs fins tandis que les femmes accorderaient plus d’importance au geste en lui-même.

À noter qu’un bon baiser ferait perdre 12 calories grâce à la sollicitation de 31 muscles (12 des lèvres et 19 de la langue), alors n’hésitez plus !

Sources : LCI ; Atlantico ; Elle