in

Voici Deep Blue, le plus grand requin blanc jamais observé !

Fascinants, incroyables, énergiques, massifs, chasseurs, tels sont les requins blancs dans l’imaginaire collectif. On a tous l’image des « Dents de la Mer », qui certes est caricaturale, mais donne une idée de la manière dont sont perçus les requins dans l’opinion publique. 

Durant l’année 2013, les scientifiques et spécialistes de ces questions ont pu observer un requin blanc gigantesque, tel qu’ils n’en avaient jamais vu. Ils lui ont donné un nom : Deep Blue.

Les images ont été filmées en 2013, ainsi que de nouvelles en 2015. C’est le chercheur Mauricio Hoyos Padilla qui a pu observer ce spécimen unique au large de l’île Guadalupe (Mexique).

Ce requin fait près de 7 m de long alors que la moyenne est de 4,50 m, il s’agit d’une femelle. Ce requin est un véritable objet de fascination pour les chercheurs et le grand public. Mr Padilla pense que ce requin a 50 ans. Ce qui en fait un spécimen d’autant plus hors norme. D’ailleurs, il souhaite réunir des fonds pour protéger les lieux où les femelles accouchent de leurs petits afin que cette espèce protégée et en voie de disparition ne soit pas rayée de la surface du globe. Ces animaux sont d’autant plus fascinants qu’ils sont menacés.

L’animal est reconnaissable à ses cicatrices sur ses flancs, qui semblent être les séquelles laissées par des morsures lors des processus d’accouplements. Cela reste une supposition, mais il semble que les requins mâles mordent les femelles lors de l’accouplement (sans volonté de tuer).

Mr Padilla explique :  » Quand j’ai vu Deep Blue pour la première fois, je n’ai eu qu’une seule pensée en tête : espoir. Un requin de cette taille doit avoir au moins 50 ans et ça me dit que les efforts de protection et de conservation fonctionnent. Deep Blue a été épargnée par les pêcheurs et protégée des dangers et elle a trouvé sa place dans l’océan. »

Voilà pourquoi, les images de Deep Blue sont importantes, car elles visent à mobiliser l’opinion publique sur la sauvegarde des requins blancs.

Sources : maxisciencesdirectmatin, leparisien