in

William Shakespeare, un fumeur de cannabis ?

Des chercheurs sud-africains ont détecté des traces de cannabis dans les analyses des pipes à tabac retrouvées au domicile de Shakespeare.

Les substances chimiques contenues dans les pipes à tabac ont été analysées avec une technique particulière qui est la « chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse ». Cette technique permet de séparer et d’identifier les composés contenus dans un échantillon.

Si l’on se penche plus précisément sur les pipes à tabac dans l’Angleterre du XVIIe siècle, on s’aperçoit qu’elles contenaient des substances pas forcément licites. Il s’agissait notamment de Nicotinia d’Amérique du Nord qui est obtenue par la feuille de coca. Du cannabis était contenu dans les pipes de William Shakespeare.

Les personnes qui ont travaillé sur ces questions se sont aussi penchées sur ce qu’avait écrit le génial Shakespeare. Il y fait allusion quand il écrit dans un sonnet : « compounds strange » qui pourrait évoquer des substances étranges et a aussi écrit « a noted weed » en référence directe à de l’herbe.

Le seul et unique moyen de savoir comment le célèbre auteur est mort serait de procéder à l’exhumation de son corps, mais cela n’est pas dans les souhaits du défunt, car il est écrit sur sa tombe la phrase suivante : « Béni soit celui qui épargnera ces pierres et maudit soit celui violant mon ossuaire ».

Wikipédia
Wikipédia

Sources : Lefigaro, LemondeFrancetvinfo