in ,

Combien peut-on économiser par an en cultivant ses propres légumes ?

Crédits : iStock / Zbynek Pospisil

On a souvent tendance à l’oublier, mais pendant une écrasante partie de l’histoire de l’Humanité, les supermarchés n’existaient pas. Pour se nourrir, il fallait aller au jardin ou directement chez un boucher ou poissonnier. Dans les années 60, l’essor de la société de consommation a provoqué des changements plus que radicaux en termes de consommation. Les produits – pas seulement alimentaires – fabriqués à la chaîne on envahi les rayons et ont bien souvent permis de faire des économies sur certaines denrées.

L’émergence d’une nouvelle manière de consommer

Mais depuis quelques années, il paraît évident que les articles les moins chers ne sont pas forcément les meilleurs pour la santé. C’est ainsi que l’on voit peu à peu se développer des initiatives visant à consommer autrement, avec de la qualité mais toujours en faisant attention au budget du foyer. Les potagers se remplissent – et les assiettes aussi !

Le but est bien souvent de consommer de manière plus responsable, autant pour soi que pour la planète. Voilà qui explique que les commerces de vrac, de proximité et ceux proposant des produits locaux et/en circuit court ont actuellement le vent en poupe !

manger bio
Crédits : iStock

L’impact du confinement 

En parallèle, la conjoncture actuelle a fait que de plus en plus de personnes se sont découvert une passion pour le jardinage. L’année dernière y a forcément été pour quelque chose, les gens se retrouvant pour beaucoup coincés à la maison pendant les différents confinements. Meilleur moyen de prendre un peu l’air lors de ces périodes ? Le jardinage bien sûr !

Et il ne s’agit pas là d’un phénomène mineur, puisque Google a enregistré une hausse de 46 % des requêtes concernant le jardinage durant le premier confinement de 2020. Rapport plus étroit avec la nature, baisse du stress et de l’anxiété, alimentation plus saine, etc. Les raisons évoquées par les mains vertes débutantes ont été nombreuses, avec également le fait de moins dépenser en nourriture. Mais cela représente-t-il une grosse somme par an ?

Jardiner, c’est économiser

Ce qui est sûr, c’est qu’avoir un potager permet de faire des économies. C’est en effet ce qu’indique cette infographie, qui affirme qu’une famille de 3 personnes peut s’épargner 974 € de dépenses alimentaires sur une année. Le tout en cultivant des choses simples et faciles à cuisiner au quotidien. Notons par exemple les tomates cerises en tête (313,18 € d’économies pour une année), les oignons (192,96 €) et le basilic (141,44 €).

N’oublions pas non plus le céleri (73,50 €), le potimarron (65,28 €), les carottes (44,74 €) ou encore la laitue (18,93 €). Bien sûr, ces chiffres peuvent changer en fonction du rendement au jardin et de l’appétit de chacun·e. Là, les chiffres concernaient 10 légumes (avec l’aneth, le chou frisé et l’ail)

jardin cultiver potager
Crédits : iStock/Rawpixel

3 raisons de cultiver soi-même ses légumes

Profitons-en pour noter que ces denrées ne nécessitent parfois même pas de potager. Un balcon ou un rebord de fenêtre peuvent suffire lorsque vous habitez en immeuble et n’avez pas de jardin partagé à proximité. Vous hésitez encore à vous lancer dans l’aventure du jardinage ? N’écoutez que votre motivation et enfilez votre plus beau tablier pour l’occasion !

Nous avons déjà évoqué 2 bonnes raisons de commencer un potager : faire des économies et se donner le temps de pratiquer une activité reposante, loin des écrans. Le jardinage fait partie des hobbies qui permettent de déconnecter et de faire baisser les niveaux de stress. Mais n’oublions pas non plus d’autres avantages !

  1. C’est bon pour la planète : les émissions de CO2 d’une famille de 3 personnes peuvent baisser de 150 kg par an grâce à un potager (réduction des déchets plastiques, etc.).
  2. On sait ce que l’on a dans son assiette : il y a indéniablement un côté éthique à cultiver ses propres fruits et légumes. C’est aussi l’occasion de faire pousser des denrées rares ou anciennes.
  3. Cela peut créer du lien social : que ce soit au sein de la famille ou entre voisins, le jardinage permet d’échanger, et ce qu’il s’agisse de bonnes astuces ou de troquer des salades contre les prunes ! De même, c’est un terrain d’apprentissage passionnant pour les enfants.