in ,

Les turbulences aériennes peuvent-elles être dangereuses pour les passagers ?

Crédits : PublicDomainPictures/Pixabay

Les turbulences aériennes, vous connaissez ? Il est particulièrement fréquent d’en subir lorsque l’on prend l’avion. Pour celles et ceux qui sont moins habitué(e)s à ce type de transport, elles peuvent surprendre et effrayer. Pourtant, sachez que ces appareils ont été construits pour encaisser de nombreuses secousses. En cas de turbulences, vous aurez l’occasion de recevoir le conseil suivant : “restez à votre place et bouclez votre ceinture“, un moyen d’éviter des blessures. Mais alors, les turbulences aériennes peuvent-elles être véritablement dangereuses pour les passagers ?

Alors oui, les turbulences aériennes sont le lot quotidien des pilotes, stewards, hôtesses de l’air et autres habitués de voyages en avion. Pour autant, sont-elles toujours maîtrisées ? Est-ce toujours sans conséquence pour les passagers ? Plusieurs histoires nous laissent penser qu’il existe des cas où ces turbulences se sont avérées bien plus problématiques. On pense notamment au vol Etihad A330-300 et ses 31 passagers blessés alors qu’ils volaient au-dessus de l’Indonésie… Une raison de s’inquiéter ?

Un appareil très contrôlé, paré à tenir le choc

Les avions ont subi des tests de fabrication intenses, afin qu’ils résistent à des turbulences particulièrement extrêmes. Par exemple, les ailes ont été infléchies jusqu’à 90 degrés pendant les essais, ce qui prouve une résistance très importante, d’une fois et demie plus forte que ce qu’elles pourraient avoir à subir lors d’un vol. Non, on ne rigole pas avec la sécurité à bord d’un avion : s’il décolle c’est que l’ensemble des conditions ont été respectées. Il arrive donc qu’un vol soit annulé ou retardé pour vous éviter des difficultés. D’ailleurs, en cas d’annulation ou de retard de votre vol, nous vous invitons à vous renseigner sur le droit européen des passagers aériens.

Mais comment se passe une secousse ? Avec l’altitude, il arrive que l’avion soit quelque peu déstabilisé, souvent en raison de conditions météorologiques. Le flux de l’air se voit perturbé par des différentiels de pression, l’avion est alors guidé par les turbulences, montant ou descendant en fonction. D’ailleurs, lorsqu’elles sont intenses, vous pouvez ressentir une baisse d’altitude qui vous fera vous soulever légèrement de votre siège (d’où l’intérêt d’être attaché(e)).

Cependant, les fortes turbulences sont anticipées avant le décollage et le pilote peut alors légèrement dévier sa trajectoire afin de réduire l’inconfort des passagers. Une fois l’avion dans les airs, le pilote reçoit également les retours d’autres avions passés précédemment sur sa route, signalant des zones de turbulences, des informations utiles pour les éviter autant que possible. Parfois, le pilote est bien conscient de celles-ci mais décide toutefois de les traverser lorsqu’elles sont petites, conservant ainsi du carburant et permettant à l’ensemble des passagers et des membres de l’équipage d’atterrir à l’heure prévue.

Les turbulences peuvent-elles détruire l’avion ?

Pourtant des drames existent bel et bien. Ce fut le cas en 1966, d’un Boeing 707 qui a cumulé une erreur humaine à d’importantes turbulences. En effet, le pilote avait décidé de s’éloigner du plan de vol dès le départ de Tokyo afin de présenter le mont Fuji à ses passagers. Malheureusement, le vent soufflait à 140 kilomètres/heure près de la montagne et cela a détruit la queue de l’appareil, entraînant le crash de l’avion et la mort de toutes les personnes à bord. On retiendra qu’un suivi scrupuleux du plan de vol est un des points nécessaires à la bienséance du trajet, diminuant considérablement les risques. De plus, une analyse de l’appareil a montré qu’il présentait certaines faiblesses, des limites concernant sa résistance qui ne se reproduiraient pas avec un autre appareil plus récent. Soyez rassuré(e) s, les avions modernes sont « extrêmement solides », « même la pire des secousses ne peut briser leurs ailes ». Puis, gardez bien à l’esprit que le pilote est conscient des turbulences à venir et ne prendrait pas des risques inconsidérés, vous pouvez voler sereinement.

Vous aimerez aussi :

Grèves : comment se faire rembourser en cas d’annulation ou de retard de vol ?

Le logo de l’armée de l’air néo-zélandaise est un oiseau qui ne vole pas

Le vol fantôme Miami-Cuba

Les turbulences aériennes peuvent-elles être dangereuses pour les passagers ?
noté 5 - 3 votes