in ,

Pourquoi faut-il répondre à un questionnaire ESTA avant d’aller aux États-Unis ?

Crédits : Pexels / Skitterphoto

Avant de pouvoir fouler le sol mythique de certains États américains, vous allez devoir passer l’épreuve de la douane. Dans tous les aéroports des États-Unis, les douaniers ne sont pas du genre à plaisanter et ils prennent leur mission très au sérieux. Mieux vaut alors avoir tous les documents nécessaires en votre possession. Parmi eux, on compte évidemment un passeport valide et un visa. Sauf pour les citoyens de certains pays qui peuvent se contenter de l’ESTA.

Qu’est-ce que l’ESTA ?

L’ESTA, c’est une autorisation électronique qu’il est obligatoire d’avoir pour entrer sur le territoire des États-Unis. En fait, l’ESTA fait office de visa pour les ressortissants de certains pays avec lesquels les États-Unis ont signé des conventions spécifiques. C’est le cas de la France, et les Français n’ont pas besoin d’obtenir de visa auprès de l’ambassade américaine avant de partir.

De plus, les démarches nécessaires pour obtenir cet ESTA ont été très largement simplifiées au fil des années, grâce à l’apparition des outils numériques. Aujourd’hui, il suffit d’aller sur le site officiel esta pour effectuer toutes les démarches nécessaires, et obtenir votre autorisation électronique quelques minutes plus tard par mail.

Cependant, dans cette démarche extrêmement simplifiée et 100 % en ligne, ce n’est jamais la simplicité qui interpelle les voyageurs, mais plutôt le court questionnaire auquel ils sont obligés de répondre. Si ce dernier attire autant l’attention, c’est qu’il peut sembler parfaitement stupide quand on ne comprend pas ce qui a motivé sa création.

Quelles sont les questions les plus bizarres de l’ESTA  ?

Si les questions que le gouvernement américain pose semblent stupides aux voyageurs qui y répondent, c’est parce que leur intitulé est souvent étrangement franc. Par exemple, vous serez obligé·e d’indiquer si oui ou non vous avez eu le moindre lien avec le régime nazi de la Seconde Guerre mondiale – même si vous êtes né·e 50 ans après sa disparition.

Néanmoins, ce qui retient encore plus souvent l’attention, ce sont toutes les questions beaucoup plus actuelles. Ainsi, il vous sera demandé si vous avez le moindre lien avec des organisations terroristes, si vous avez l’intention d’organiser un attentat terroriste aux États-Unis, si vous avez prévu de commettre des crimes, ou bien si vous avez l’intention de tuer le président des États-Unis. Autant de questions auxquelles il serait stupide de répondre positivement.

New York États-Unis
New York attire chaque année une foule de voyageurs. Crédits : Pexels / Nextvoyage

La gravité du mensonge dans la justice américaine

Évidemment, d’un point de vue strictement rationnel et quotidien, l’utilité de ces questions est nulle. Elles paraissent même totalement stupides puisque les autorités n’ont absolument aucun moyen de vérifier si vous mentez ou non. Résultat, si vos intentions à l’égard du président des États-Unis étaient vraiment meurtrières, il n’y a pas grand-chose que ce questionnaire puisse y faire.

Pourtant, ces questions ne sont pas tout à fait stupides et elles servent un objectif bien précis. Pour le comprendre, il faut s’intéresser au fonctionnement du système juridique américain. Or, celui-ci est essentiellement basé sur la notion de parjure avec une forte dimension religieuse. Lors d’un procès, les témoins jurent sur la Bible, et mentir est un délit qui suffit à vous mettre en prison – au moins de manière préventive.

Ainsi, poser ces questions à tous les visiteurs qui arrivent aux États-Unis permet de forcer celles et ceux qui seraient mal intentionné·e·s à mentir. Comme le mensonge est un délit suffisant pour que la justice dispose de certaines armes contre vous, cela offre une marge de manœuvre aux autorités pour limiter le risque que vous pourriez représenter le cas échéant. Voilà pourquoi le questionnaire de l’ESTA est si important pour la justice américaine, aussi stupides que soient les questions.

Est-ce une méthode vraiment efficace ?

L’ESTA est donc une réponse concrète au risque terroriste, tout à fait appropriée au système juridique du pays. Cependant, il n’est pas vraiment prouvé que cette méthode est vraiment efficace pour lutter contre le terrorisme. Cela aide la justice à faire son travail, mais celui-ci n’est pas tant de protéger que de punir.

Malgré tout, le dernier président américain, Donald Trump a tout de même décidé de renforcer la surveillance dans les aéroports depuis son élection, pour durcir les contrôles des voyageurs en provenance de certains pays. La France n’est pas concernée, mais des citoyens d’autres pays devront subir des interrogatoires systématiques de quelques minutes, sans aucune preuve que cela permettra de mieux démasquer les personnes mal intentionnées.

Vous aimerez aussi : 

Une ville des États-Unis possède un distributeur de nourriture gratuite

Aux États-Unis, les laveurs de vitres se métamorphosent en super-héros pour des enfants malades

L’un des Pères Fondateurs des États-Unis voulait rendre nos flatulences agréables