in

Les Français, rois de la fraude

La France compterait parmi les pays les plus fraudeurs au monde en termes de transport en commun… Parking, train, métro, ou tramway, au moins un français sur deux avoue s’être déjà dispensé d’acheter le précieux ticket. Une certaine idée de la liberté?

« La fraude semble faire partie intégrante du quotidien parisien », constate avec surprise le journaliste anglais Adam Thomson dans le Financial Times, non sans une pointe d’ironie. Il est vrai que cette idée ne viendrait sûrement pas à l’esprit des habitants de la Perfide Albion, fervents défenseur des règles… Le prix d’un ticket ouvrant les portes du Tube, le métro londonien, s’avère pourtant trois fois plus cher. « La fraude des transports en commun, un sport national typiquement français », déclare Michel Onfray, dans Le Parisien. Cet écart de conduite semblerait toucher toutes les couches de la population, du cadre élégant à l’étudiant fauché, en passant par le jeune délinquant. Payer une amende reviendrait beaucoup moins cher que s’offrir un abonnement…

La fraude va plus loin, et des bandes organisées semblent émerger pour éviter aux usagers du Transilien de se faire épingler à la sortie d’un portique argenté… Ces véritables gangs de « sans-tickets » proposeraient, pour 7 euros par mois, de prendre en charge les amendes de leurs clients consentants. D’autres libertaires « bien intentionnés » auraient développé une application permettant d’indiquer à leurs fidèles usagers la présence de contrôleurs à telle ou telle station. Le coût annuel de ces élans libertaires s’élèverait à 300 millions d’euros pour la SNCF, et 100 millions d’euros pour la RATP. Côté stationnement, les Parisiens seraient les plus gros fraudeurs de France, le taux de paiement du stationnement dégringolant, selon la mairie de Paris, à 7 % depuis janvier dernier. Il faut dire aussi que les prix pratiqués dans la capitale ne sont pas toujours des plus attrayants… (Source)