in ,

Frank Abagnale, le voleur surdoué qui a inspiré un film

Crédits : Pixabay, Sammmy-Willliams

Le saviez-vous ? Le célèbre film Arrête-moi si tu peux raconte une vie incroyable. Le film s’inspire de la vie de Frank Abagnale, roi des imposteurs et maître des subterfuges. Ce voleur a multiplié les identités, passant de pilote de ligne à avocat, en passant par médecin, le tout dans la plus grande discrétion. Tout comme Victor Lustig, qui a vendu la tour Eiffel, cet homme est une légende dans le monde des voleurs et des escrocs. 

La naissance d’un voleur

Frank Abagnale est né en 1948 à New York dans une famille assez aisée et heureuse. Pourtant, l’année de ses 12 ans, ses parents divorcent et c’est pourquoi il part vivre avec son père l’année de ses 16 ans. Il commence alors à tomber dans la délinquance, notamment grâce à un talent exceptionnel de faussaire. Il excelle en effet dans l’art d’imiter les signatures.

Envoyé, après de multiples petits vols, en maison de correction, il en faut plus pour l’arrêter. Il se crée de faux chèques, accompagnés d’une signature qu’il parvient très bien à imiter, et récupère leur somme en liquide dans diverses banques. L’apprenti escroc apprend vite que son meilleur atout doit être l’art de devenir invisible.. Il va par exemple acheter un uniforme d’agent de sécurité.

pilote de ligne qui sourit frank abagnale
Crédits : Istock, YakobchukOlena

Frank Abagnale, pilote de ligne

C’est un peu plus tard, alors âgé d’à peine 18 ans, qu’Abagnale va se procurer un costume ainsi qu’un faux badge de pilote de ligne. Il se présente à un aéroport et annonce s’être fait voler son uniforme. La supercherie prend et une compagnie aérienne va lui donner de vrais costume et badge, rendant son personnage encore plus crédible.

Le voleur va énormément profiter de son statut de pilote : en tout, il aurait pris 250 vols et vécut dans 26 pays différents. S’il ne pilote pas directement les avions, il vit au frais de la compagnie aérienne, profitant gracieusement de leurs hôtels de luxe réservés au personnel. Dans le même temps, il continue à créer et à utiliser de faux chèques.

Cette tâche est devenue presque trop facile, sa crédibilité renforcée par son uniforme de pilote. Il se versait par exemple des salaires à travers des chèques de la compagnie aérienne. En tout, on estime qu’il aurait dérobé pas moins de 2,5 millions de dollars, sans compter ses vols et logements gratuits. À seulement 19 ans, il a tout : plus d’argent qu’il ne peut en compter, du temps illimité et de multiples conquêtes féminines.

L’hôpital

La vie de Frank est montée de toutes pièces, il multiplie les identités et les mensonges. Il conserve sa fortune volée dans un lieu sûr, en louant un coffre dans une des banques qu’il a arnaqué. Pourtant, ses exploits sont tels que le FBI se lance à sa poursuite, à tel point qu’il a son propre inspecteur à ses trousses.

Sentant le vent tourner, il abandonne sa couverture de pilote, devenue trop voyante, et part à Las Vegas avec une partie de son argent. Dans son voyage, il rencontre un pédiatre et s’invente apprenti médecin. Son nouvel ami lui propose la cachette parfaite : devenir son apprenti dans un petit hôpital. L’arnaqueur va y passer 11 mois, échappant ainsi à la police fédérale.

Le mensonge va trop loin le jour où on lui demande de participer au sauvetage d’un enfant. Celui-ci est sauvé, mais Frank Abagnale comprend qu’il peut, part son imposture, mettre en danger une vie innocente. Il préfère donc quitter l’hôpital et repartir à l’aventure.

vieil homme riche
Crédits : Pexels, Andrea Piacquadio

Le dernier voyage

Toujours poursuivi par le FBI, il s’invente une nouvelle identité en fabriquant un diplôme d’Harvard. Ce document lui permet de se fondre une nouvelle fois dans le décor en devenant avocat. C’est une protection parfaite : au nez de ses poursuivants, il se cache là où ils ne penseront jamais le trouver. Mais la police américaine retrouve sa trace et il doit déménager une nouvelle fois.

Le roi des imposteurs est conscient de sa délicate situation, et souhaite partir en retraite. Son choix se porte sur la ville dont sa mère est originaire : Montpellier. Il ouvre un compte en banque, s’achète une maison confortable ainsi qu’il voiture et pense même s’inscrire à l’université.

Cependant, quatre mois plus tard, la police française finit par l’arrêter. C’est la fin de cette course effrénée et il est condamné à 12 ans de prison. Il reconnaît tous ses vols, supercheries et mensonges sans aucune hésitation, affirmant qu’il «a toujours su qu’on l’attraperait un jour».

L’ancien prisonnier s’en sortira malgré tout très bien puisqu’il est embauché par une banque qu’il avait autrefois arnaquée. Hollywood s’inspira plus tard de sa biographie pour le célèbre film Arrête-moi si tu peux, où il sera interprété par Leonardo DiCaprio.