in ,

L’écotourisme, une nouvelle manière de voyager

© jacoblund/istock

Au cœur des débats actuels, l’écologie est désormais notre préoccupation à tous. Partir en vacances est synonyme de détente, mais bien souvent, cela engage une forte empreinte carbone, notamment lorsque l’on choisit de partir en avion. Apparu il y’a un quarantaine d’années, l’écotourisme est une nouvelle manière de voyager tout en respectant la biodiversité et les ressources culturelles, au profit du développement durable. Si vous êtes un fervent défenseur de l’environnement ou que vous avez à cœur de protéger notre planète, voici une nouvelle manière de voir les vacances tout en s’engageant dans une démarche respectueuse et instructive.

Le voyage englobe également la mobilité que l’on choisit. On privilégiera alors le train ou le bus à l’avion pour les longues distances. Sur place, on peut faire le choix de faire de la location de voiture près de sa destination de vacances lorsque l’on veut se rendre sur un site escarpé. Au niveau local, le bus, le vélo ou même la trottinette électrique sont très pratiques pour se déplacer.

Développement durable

Selon Brundtland, “le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de pouvoir répondre à leurs propres besoins.”

L’évolution du mode de vie de notre société s’est développée sans mesurer les conséquences pour la planète, et ce, depuis la révolution industrielle. Aujourd’hui, il est urgent de redessiner notre mode de consommation afin d’assurer à tous un avenir durable. La mondialisation, les inégalités entre pays riches et pauvres ainsi qu’une croissance démographique en augmentation sont les trois grandes conséquences destructrices pour les ressources naturelles et la population mondiale.

Une transition vers un modèle de société durable, respectueuse de l’environnement et de l’être humain doit être une priorité. C’est dans les années 70 que le développement durable a commencé à éclore. Cette prise de conscience sur notre environnement a vu naître le tourisme vert ou écotourisme.

Écotourisme

Basé sur la protection de la nature et des communautés locales, l’axe principal de ce nouveau tourisme est la défense durable d’un environnement tout en faisant participer l’industrie du tourisme.

Le concept attire et séduit de nombreux voyageurs. En 1990, le tourisme vert a engrangé la création de la société internationale d’écotourisme *(TIES). Cette organisation à but non lucratif définit alors l’écotourisme comme «un voyage responsable dans les zones naturelles qui préserve l’environnement et améliore le bien-être des populations locales».

Le TIES réunit huit principes fondamentaux :

  • “Minimiser les impacts physiques, sociaux, comportementaux et psychologiques.
  • Développer une conscience environnementale et culturelle.
  • Offrir des expériences positives aux visiteurs et aux hôtes.
  • Produire des avantages financiers directs pour la conservation.
  • Générer des avantages financiers pour la population locale et l’industrie privée.
  • Offrir aux visiteurs des expériences d’interprétation mémorables qui contribuent à accroître la sensibilité aux climats politiques, environnementaux et sociaux des pays hôtes.
  • Concevoir, construire et exploiter des installations à faible impact.
  • Reconnaître les droits et les croyances spirituelles des peuples autochtones et travailler en partenariat avec eux pour créer l’autonomisation.”
écotourisme
© anyaberkut/istock

Excellent moyen de découvrir un pays autrement, l’écotourisme axe ses activités sur la découverte de sites naturels et locaux tout en générant une part financière pour la population locale afin d’allier préservation de l’environnement et vie locale. À titre d’illustration, des promenades éco-touristiques de sites naturels comme les réserves sont faites par des guides locales. On retrouve également d’autres activités citées ci-dessous.

  • Promenades éco-touristiques
  • Restauration – Traiteur
  • Artisanat local
  • Ateliers éducatifs
  • Potager biologique

[ source ]