in ,

Les sextoys ne sont pas si récents que vous le croyez !

Crédits : iStock / Neydtstock

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les sextoys sont beaucoup plus anciens que ce qu’il paraît. Bien avant toutes les technologies modernes que nous connaissons, nos aïeux ont effectivement su rivaliser d’ingéniosité pour créer ces petits objets dédiés au plaisir ! Petite rétrospective du sextoy, parfois tabou et toujours sulfureux. 

Tabou, vraiment ?

Les sextoys sont – encore aujourd’hui – des objets qui divisent. Il n’y a qu’à voir ce que leur simple mention peut provoquer en termes de réaction – dégoût, gêne, voire mépris. Pourtant, à la base, il ne s’agit que de plaisir, et non de choquer. Partons donc du principe que chacun est libre de faire ce qu’il ou elle veut, et tout sera plus simple.

Car au vu de la multitude de sextoys qu’il est aujourd’hui possible de trouver, on aurait tort de croire que leur usage est limité à certaines personnes seulement. Et grâce aux nouvelles technologies, les fabricants ont pu au fil des années proposer toute une gamme de jeux qui s’adressent à tous les profils et à tous les couples.

La démocratisation et le marché florissant de l’intimité ne sont plus à prouver. De nombreux sites tels qu’Adam et Eve ainsi que des magasins proposent ainsi des sextoys aussi variés qu’éclectiques, à la pointe des performances actuelles. Et pourtant, le concept même de jouet sexuel trouve ses racines bien avant notre ère

plaisir sextoy
Crédits : iStock/IPGGutenbergUKLtd

Du Paléolithique à nos jours : un objet qui ne date pas d’hier !

En effet, il serait bien naïf de penser que nos aïeux avaient fort à faire au point d’oublier les joies du plaisir intime. En effet, nombreux sont les archéologues à avoir retrouvé des pierres taillées en forme de phallus, qui datent de plus de 20 000 ans avant J.-C. Si l’on ne peut attester avec certitude qu’ils faisaient office de sextoys à l’époque, certains spécialistes sont toutefois sûrs qu’il s’agit bien là d’objets de plaisir.

Plus tard, des historiens attestent que Cléopâtre – reine incontournable ayant su user de son charisme pour tenter de sauver son royaume – n’a pas non plus boudé son plaisir. La légende raconte qu’elle aurait inventé le vibromasseur en enfermant des abeilles dans un morceau de papyrus… Toutefois, rien n’est sûr au vu de toutes les histoires que l’on peut entendre à propos de Cléopâtre.

Plus tard, la morale chrétienne  – et la notion de péché de chair – qui l’accompagne met un coup d’arrêt à la “démocratisation” du plaisir pour tous et toutes dans les pays concernés. Car pour d’autres civilisations, ce n’est pas le cas . Prenons par exemple le Japon, qui crée les boules de geisha aux alentours de 500 après J.-C.

plaisir orgasme
Crédits : iStock/Peerayot

L’invention du premier vibromasseur

Au XIXe siècle, l’électricité vient booster l’ère industrielle – et pas seulement. Au Royaume-Uni, un médecin du nom de Joseph Mortimer Granville se penche sur les manières de guérir certaines femmes de l’hystérie – une soi-disant maladie qu’il convient de soigner en massant les zones intimes. Il invente donc une machine à cet effet : c’est le premier vibromasseur de l’histoire, breveté en 1883 !

La “révolution sexuelle” s’effectuant au XXe siècle, ainsi que l’évolution des consciences (l’hystérie n’étant pas une maladie) permettra de faire passer la machine de Granville d’outil médical à objet de plaisir. Les industriels ne tardent d’ailleurs pas à développer une foule d’objets similaires, jusqu’à obtenir ceux que l’on connaît aujourd’hui !