in

Notre Président est un prince… littéralement

Crédits : Common Files Wikipédia

Connaissez-vous la Principauté d’Andorre ? Il s’agit d’un petit pays situé entre la France et l’Espagne. Il est considéré aujourd’hui comme un paradis fiscal. Et il est aussi connu des frontaliers pour les stations d’hiver et pour avoir un système de taxation différent, ce qui entraîne une baisse des prix sur certains produits. Et surtout, le président français en est le prince !

Un système de gouvernance unique

Andorre est une démocratie parlementaire, à laquelle viennent s’ajouter deux co-princes. Mais ils ne sont pas choisis par droit de naissance ou droit du sol. Pour devenir un prince d’Andorre, il faut remplir une fonction. Ainsi, il est marqué dans la Constitution de 1993 que les co-princes d’Andorre sont les suivants :

  • le président de la République française
  • l’évêque d’Urgell

Le siège de l’évêché d’Urgell est une ville de la Catalogne, située en Espagne.

Comment est-on arrivé à cette situation ?

Bien que les co-princes ont un certain pouvoir, ils n’interviennent en réalité que très rarement dans la vie politique du pays. Le pays est gouverné par un Conseil général issu du peuple et des instances religieuses (l’équivalent de notre Assemblée nationale), et par un gouvernement similaire au nôtre (avec des ministres et un chef du gouvernement).

C’est en 1278 que naît le traité de paréage. Ce système unique a permis de définir clairement les dirigeants. À l’époque :

  • le comte de Foix
  • le comte d’Urgell

Le temps passe, et par une succession d’héritage, l’un des titres de co-prince arrive à Henri III, roi de Navarre, qui accède ensuite à la couronne de France. Le comte d’Urgell est lui remplacé par l’évêque de la même région.

Source

Vous aimerez aussi :

Notre Président est un prince… littéralement
noté 5 - 3 votes