in

Les idées les plus impressionnantes utilisées pour franchir le mur de Berlin

évasion mur de berlin
Capture vidéo Youtube

De 1961 à 1989, en plein milieu de Berlin, il y avait un mur séparant la ville. Une partie était régie par l’Union soviétique, et l’autre par les pays occidentaux. Berlin-Ouest était divisé entre les parties française, anglaise et américaine. On admet aujourd’hui que l’une des raisons majeures de la construction de cette frontière physique est la vague d’immigration de l’Est vers l’Ouest. En effet, en période d’après-guerre, la main d’œuvre est absolument nécessaire pour la reconstruction. Mais la faible adhésion des Allemands au régime soviétique et les conditions de vie ont poussé de nombreux Berlinois a passer le mur vers l’ouest. De ce fait, les soldats soviétiques et les gardes-frontières allemands avaient pour ordre de tirer sur les “déserteurs”. Pleins de ressources, les Berlinois ont toutefois eu des idées impressionnantes pour passer le mur de Berlin et rejoindre l’ouest.

En équilibre sur un câble

L’une des évasions les plus célèbres est celle de l’acrobate Horst Klein. Il avait repéré un câble de haute-tension qui ne fonctionnait plus, et qui traversait la frontière. Alors, au début de l’année 1963, il tenta la traversée. Il va donc grimper et commencer son périple à bout de bras. On estime qu’il est passé au-dessus des gardes à presque 20 mètres de hauteur. Mais la fatigue a fini par le rattraper. Épuisé, il changea de position pour passer tout son corps sur le câble, mais il finira par chuter. Non seulement il a survécu, mais en plus il est tombé du côté ouest !

Au nez et à la barbe des gardes-frontières

Cette même année de 1963, le jeune Autrichien Hanz Meixner veut se marier avec sa fiancée Margarete Thurau. Problème : celle-ci vit à Berlin-Est, et aucun militaire ne leur accordera un passe-droit. Alors, Hanz Meixner va imaginer un plan. Il va trouver une voiture décapotable très basse : une Austin-Healey qu’il conduira au checkpoint Charlie, l’un des points de passage. Sa future fiancée est cachée derrière les sièges de la voiture, et la mère de celle-ci est dans le coffre.

Lorsque la voiture arrive au point de contrôle, celle-ci n’a pas de pare-brise, et Hanz Meixner a légèrement dégonflé les pneus. Ainsi, la voiture est très basse – 90 centimètres de hauteur selon les Américains. Le garde-frontière allemand lui fait signe de se ranger pour procéder à la fouille du véhicule. Mais l’Autrichien accélère alors brusquement, et surprend les soldats. Il va réussir à passer sous la barrière en baissant sa tête. Finalement, il rejoint alors le côté américain. La voiture arrive alors tellement vite, qu’au moment du freinage, elle a laissé des traces de pneu sur plus de six mètres. Sains et saufs, Hanz Meixner et sa future femme ont alors rejoint l’Autriche pour y vivre.

Énormément de réfugiés ont pu franchir le mur en se cachant dans des voitures. Certaines étaient blindées et sont passés en force, d’autres ont contourné les obstacles en aménageant des espaces pour les passagers “clandestins”. Mais Hanz Meixner est le seul à avoir réussi à aller du côté ouest en passant sous la barrière.

Austin Healey 1961
Modèle d’Austin-Healey similaire à celui utilisé par Hanz Meixner pour son évasion. Crédits : Sicnag via Common Files Wikipédia

Grâce à une tyrolienne

En 1983, deux amis – Michael Becker et Holger Bethke – vont réussir une évasion digne de nos meilleures bandes dessinées. Le mur est devenu une véritable installation militaire. Il y a désormais plusieurs couches de murs, des patrouilles et un no man’s land balayé par des projecteurs. En se positionnant, en hauteur, dans un immeuble de 5 étages, ils vont tirer une flèche attachée à un câble au-dessus des installations militaires. Un complice va alors retrouver cette flèche. En tirant sur le câble, ils vont installer une véritable tyrolienne. Ainsi, en se faisant aider par la gravité, ils vont réussir à traverser le mur.

Passage en force sur les rails

Comme nous l’avons vu, on considère que le mur a été installé en 1961, plus exactement dans la nuit du 12 au 13 août. Mais à ce moment-là, le “mur” était davantage une barrière de barbelé, qui s’est ensuite renforcée avec le temps. Quelques mois après l’installation des barbelés, en décembre, Harry Deterling conduira ce qui sera surnommé “le dernier train vers la liberté”. Le jeune conducteur est alors âgé de 27 ans quand il fait embarquer sa famille et d’autres personnes. Il prend alors la direction de Berlin-Ouest. Mais au point de passage – au lieu de ralentir – il a accéléré et traversé le point de contrôle. Il réussira à passer, et ralentira son train fou une fois la frontière franchie.

Train à vapeur
Train à vapeur. Crédits : Pxhere.

En montgolfière au-dessus de Berlin

 Hans Strelczyk et Gunter Wetzel ont orchestré une évasion spectaculaire en 1979. Ils ont choisi d’allier leurs connaissances en mécanique pour bâtir une montgolfière de fortune. Ainsi, avec leurs familles respectives, ils ont pu s’élever à presque 2500 mètres de hauteur pour avoir un vent favorable. Ils sont alors passés du côté ouest de la ville.

Les évasions présentées ici sont les plus impressionnantes a avoir été utilisées pour passer le mur de Berlin. Mais il y a aussi eu des centaines de personnes qui ont creusé des tunnels, ou se sont déguisées en soldats pour passer la frontière. Si un jour vous séjournez à Berlin, vous pourrez aller visiter le Mauer Museum – le Musée du Mur. Il est situé près de l’ancien checkpoint Charlie, et présente plusieurs astuces utilisées par les berlinois pour passer le mur.

Source

Vous aimerez aussi :

En 1944, un blockhaus a été projeté sur plusieurs dizaines de mètres

Une fausse alerte à la guerre froide a failli mener à la catastrophe en 1979

Le gouvernement britannique voulait mettre fin à la 2nde Guerre Mondiale en féminisant Hitler

Les idées les plus impressionnantes utilisées pour franchir le mur de Berlin
noté 5 - 1 vote