in

Le sucre, la nouvelle héroïne ?

On a tous eu ce moment de solitude, d’ennui ou de grosse fringale qui nous pousse à nous tourner vers une bonne tablette de chocolat au lait, avec l’envie pressante d’ingérer notre dose de sucre quotidienne. La ration s’engloutit avec délectation, mais place ensuite à la descente de la montagne Culpabilité…

Ce schéma pourrait s’apparenter à celui d’un drogué en période de manque… Eh oui, car le sucre semblerait stimuler les mêmes zones de plaisir du cerveau que celles des drogues… Avec des dégâts moins considérables, on vous l’accorde. Selon la diététicienne française Hélène Baribeau, l’effet de plaisir pourrait ainsi l’emporter sur les mécanismes normaux de contrôle de la faim. Le sucre deviendrait alors une drogue légale dont on ne pourrait se passer, ni éviter. Car il est partout : dans notre pain quotidien, dans les plats de pâtes italiens, les sauces, les plats cuisinés, les jus de fruits, les pâtisseries, glaces ou viennoiseries et même les charcuteries…

Une enquête menée par le docteur américain David Ludwig, publiée dans le journal « American Journal of Clinical Nutrition », explique que l’apport de nourriture est régulé par les centres de plaisir du cerveau contenant la dopamine. « Au-delà de la récompense et du désir obsédant, cette partie du cerveau est aussi liée à l’abus de substance et à la dépendance, qui remet en question la manière de laquelle certains aliments peuvent devenir addictifs », nous apprend le médecin. On semblerait essayer de vous rendre accro ! On s’offre une « sugar détox » ? (Source)

Le sucre, la nouvelle héroïne ?
noté 5 - 1 vote