in ,

Comment les moustiques choisissent-ils leurs proies ?

Crédits : iStock

Vous avez toujours l’impression d’être la cible malheureuse des piqûres de moustiques ? Nous quittons les chaleurs estivales et, malgré tout, les rescapés vous pourchassent encore ? Tout ceci n’est qu’affaire de sensibilité (et de molécules).

Les femelles moustiques sont celles qui nous attaquent, le sang étant nécessaire à la maturation de leurs œufs. Une fois fécondées, elles sont dans la nécessité d’aller se rassasier et les victimes diffèrent selon leurs espèces. Sur les 3 000 espèces de moustiques relevées, quelques 300 d’entre eux piquent l’Homme et il semblerait que tous les individus n’en soient pas atteints avec la même virulence.

Selon Grégory Lambert, responsable de la cellule Méthode et Recherche à l’Entente interdépartementale de démoustication du littoral méditerranéen, interrogé par Sciences et Avenir, ce qui attire le moustique en priorité, c’est le CO2. Une fois qu’il a détecté ces molécules, il détermine sa proie en fonction des odeurs ou encore, de la chaleur émise.

Des études ont révélé que ces insectes sont attirés par la transpiration, contenant de l’acide butyrique et de l’octénol, des substances dont elles raffolent et que nous ne produisons pas à parts égales. Un épiderme dont la sueur est riche en acides gras est une cible de choix.

Les personnes de groupe sanguin de type O auraient également deux fois plus de risques de se faire piquer par rapport aux individus de groupe B. Le groupe sanguin de type A serait le moins apprécié.

Aussi, la température corporelle serait un autre facteur de risque, plus elle est élevée, plus elle les attire.

Constat plus étonnant mis en évidence par le centre de recherche IRD de Montpellier, une personne qui boit de la bière a plus de chances de se faire piquer qu’une personne buvant de l’eau. Les chercheurs ont supposé que la vasodilatation due à l’alcool pourrait être à l’origine de la préférence du moustique.

Alors non, le moustique ne détecte pas le taux de sucre dans le sang mais il y aurait bien des « peaux à moustiques ». Difficile de contrer l’inévitable si vous êtes grands, de groupe sanguin de type O et buveur de bières, mais vous pouvez toujours tenter de limiter les dégâts en prenant une douche (cela permet de se séparer de la transpiration). Par ailleurs, la citronnelle et l’huile d’eucalyptus restent des produits naturels efficaces et conseillés par les spécialistes.

Sources : Sciencesetavenir ; DailyMailBibaMagazine ; LeFigaro ;