in ,

Grèce antique : pourquoi les athlètes étaient-ils nus lors des Jeux olympiques ?

Scène de course à pied tirée d'une amphore grecque. Crédits : Wikimedia Commons / RickyBennison

Rendez-vous incontournables du sport, les éditions été et hiver des Jeux olympiques font partie des événements qui rassemblent le plus de spectateurs au monde. Certains viennent encourager les participants de leur pays. D’autres sont là pour admirer les prouesses sportives des athlètes dans des épreuves désormais incontournables – comme l’athlétisme. Si désormais les sportifs et sportives possèdent des vêtements à la pointe de la technologie textile, il n’en fut pas toujours le cas. 

Les JO, un héritage des Grecs

Faisons d’abord un léger rappel historique. Comme souvent avec les civilisations antiques, cette manifestation sportive trouverait à son origine le héros mythologique Héraclès – celui-là même qui eu à réaliser les célèbres 12 travaux. À partir du VIIIe siècle av. J.-C., les premières éditions des Jeux olympiques se tenaient alors tous les 4 ans à Olympie. Ces quelques jours étaient l’occasion de célébrer la puissance des dieux – Zeus en tête.

À l’époque, les JO sont réservés aux Grecs et aux hommes uniquement. Les femmes mariées ne pouvaient ni participer ni assister aux réjouissances, sous peine… de mort, ni plus ni moins. Les vainqueurs étaient couronnés d’une couronne d’olivier, et apportaient prestige et honneur à la cité qu’ils représentaient alors. Ils étaient de véritables héros en leur temps.

Du côté des mœurs dans la Grèce antique, il apparaît important de préciser que la nudité est très largement célébrée, en particulier le corps masculin. Il devient symbole de la force et de la beauté de cette population – ou de sa vanité, selon les points de vue. Celui des athlètes est donc d’autant plus vénéré qu’il représente l’excellence.

Et pourtant, les participants aux premiers Jeux olympiques étaient bel et bien habillés. Comment est-on alors passé à la nudité ?

jeux olympiques stade grèce
Les vestiges de la civilisation de la Grèce antique à Olympie.
Crédits : PxHere / Domaine public

Deux versions différentes des faits

En vérité, il est difficile de savoir exactement quand comment les athlètes ont laissé leurs habits aux vestiaires pour aller nus aux compétitions. Cela s’est peut-être fait de manière progressive avec le développement de l’idée que le corps grec devait être montré. Toutefois, deux anecdotes sont régulièrement invoquées pour expliquer le pourquoi de cette nudité sportive.

Orisppus

Aux alentours de 720 av. J.-C., ce coureur aurait décidé de s’affranchir de ses vêtements. Plus précisément, il s’agissait d’une ceinture que chaque participant portait à la taille. Cela se serait passé au cours d’une épreuve de course à pied. Pensant qu’il irait plus vite sans cette ceinture, il s’en départit en pleine course, qu’il gagna.

Une autre version stipule qu’Orsippus n’aurait pas enlevé sa ceinture de son plein gré, mais qu’il aurait trébuché dessus. Ce mauvais mouvement l’aurait fait perdre son habit, ce qui ne l’empêcha pas de gagner la course.

Dès lors, quand on sait à quel point les vainqueurs étaient célébrés et respectés, ses successeurs firent de même. Cela fut donc l’occasion de célébrer une nouvelle fois la beauté et la virilité grecques, par le biais de la perfection et de la force des corps des sportifs.

flamme olympique grèce
La flamme olympique est toujours allumée en Grèce. Crédits : Pixabay/StockSnap

Kallipateira

La menace de la peine de mort pour n’a en effet pas dissuadé Kallipateira de rentrer dans un stade. À la mort de son mari (ancien vainqueur aux Jeux olympiques), cette sportive issue d’une famille d’athlètes reconnus reprend en main l’entraînement de son fils. Et ses efforts vont payer, puisque Pasidoras remporte la victoire ! Kallipateira – qui avait réussi à ne pas se faire remarquer jusque là – saute des gradins pour aller féliciter son fils.

Mais son habit se serait pris dans les barrières et arraché, dévoilant son corps de femme aux yeux de tous. Un scandale éclate, mais Kallipateira est épargnée. En effet, c’est la renommée sportive de sa famille qui la sauve d’une mort certaine et fait d’elle la première femme à être tolérée dans un stade olympique.

À partir de cet incident, il est alors stipulé que les entraîneurs se présenteraient nus lors des compétitions. Un bilan en demi-teinte pour la condition féminine donc, faisant de Kallipateira la responsable bien malgré elle des règles de nudité lors de cet événement sportif.

Vous aimerez aussi :

Durant l’Antiquité, un lutteur s’est suicidé pour gagner un match !

Pourquoi les cyclistes se rasent-ils les jambes ?

Les athlètes sud-coréens ont une très bonne raison de gagner une médaille aux Jeux olympiques !