in

Mais pourquoi pleure-t-on ?

Chagrin d’amour, joies intenses, décès, moments de bonheur : tous ces moments nous font pleurer, et nos émotions parfois nous submergent, mais qu’en est-il réellement ? pourquoi pleure-t-on ?

Il semble que les larmes émotionnelles soient une spécificité des humains. Les larmes sont présentes constamment dans notre corps, elles sont stockées dans nos glandes lacrymales, derrière nos paupières inférieures.

Tout d’abord, il n’y a pas qu’un seul type de larme et elles ne sont pas fabriquées de la même façon. Il y a les larmes basales : ce sont celles qui sont dans notre œil de manière permanente, elles permettent la lubrification des yeux ainsi que leur hydratation.  On note aussi les larmes “réflexes” : celles qui apparaissent lorsque nos yeux sont gênés par le vent, ou la coupe d’un oignon notamment.

Ces deux types de larmes semblent avoir un composé chimique différent. Enfin, il existe un troisième type de larmes que l’on verse quand les émotions nous submergent : on parle des larmes émotionnelles.

On ne sait pas exactement comment se forment les larmes, mais comme le dit l’ophtalmologue Jean-Michel Hourcau : “Cela dépend des circuits nerveux. On pense notamment que les larmes viennent du fait que c’est le même nerf qui est concerné par les mouvements de la face et le système lacrymal ». En revanche, il est sûr que les œstrogènes participent au développement des larmes, c’est la raison pour laquelle les femmes pleurent plus que les hommes (4 à 5 fois plus).

À noter que la composition biochimique des larmes se rapproche de celle de la salive, il y a des similarités. Quoi qu’il en soit, pleurer peut être un réflexe (réaction à un oignon lors de la coupe), ou la manifestation d’une émotion. C’est aussi une manière de se soulager. “Pleurer ça fait du bien” est une phrase qui se dit lors des moments difficiles de l’existence. Et cela participe à se faire aider par les autres : quand quelqu’un pleure, il suscite l’émotion et la compassion d’autrui.

Bykst
Bykst

Sources : ça m’intéresse, huffingtonpost, scribium