in

Mythe ou réalité : mettait-on de la cocaïne dans le coca ?

Crédits : Pixabay, stevepb

Le Coca Cola est un des sodas les plus populaires au monde, et a su séduire les papilles aux quatre coins du globe. Cependant, un doute subsiste quant à sa composition. Ce breuvage aurait présenté des traces de cocaïne, dangereuse substance psychotrope. Alors, est-ce un mythe ou une réalité ? Après l’origine de la bière, découvrez l’histoire du Coca Cola. 

Le début d’une boisson légendaire

La célèbre boisson est née sous la supervision d’un chimiste français : Angelo Mariani. Alors en 1873, il découvre que le mélange entre cocaïne et alcool crée de puissants effets une fois consommé. Il provoque, tout comme la cocaïne, un sentiment d’euphorie, de confiance en soi, de surpuissance…

Il verra là une opportunité commerciale en or, et produit un vin bien spécial nommé le “Vin Mariani”. Ce breuvage, composé entre autres de vin de Bordeaux et de feuilles de coca, connaît un succès immédiat. On se l’arrache bientôt, y compris de grandes personnalités comme Jules Verne, Émile Zola, et même le Pape François III. À cette époque, la cocaïne n’est pas encore illégale et les toniques sont très populaires. Ils remplaçaient nos médicaments actuels.

verres de coca bar
Crédits : Istock, bhofack2

Cocaïne en Amérique

La renommée de ce vin novateur est telle qu’elle va attirer l’attention d’un entrepreneur américain : le Docteur John Stith Pemberton. Cet homme va commercialiser la même boisson qu’il va appeler “Pemberton’s French Wine Coca”, et elle connait la même célébrité que sa consœur européenne.

Sa distribution est cependant mise en péril le jour où l’alcool est prohibé, rendant son commerce impossible. Pemberton va alors remplacer le vin par un mélange d’eau et de sucre, et change son nom pour celui qu’on connaît aujourd’hui : Coca Cola. La recette finale est donc la suivante : eau gazeuse, caféine, sirop de sucre, noix de cola et cocaïne. On estime qu’un verre de Coca-Cola contenait pas moins de 4,3 milligrammes de cocaïne.

feuilles de coca séchées
Crédits : Istock, Luis Echeverri Urrea

Racisme et procès

Cette composition va rapidement créer la polémique au sein du continent américain. En effet, cette boisson était préalablement réservée à une classe sociale aisée. Elle était uniquement commercialisée par le biais des bars dits “fontaines à soda”. Or ces lieux étaient uniquement fréquentés par des populations blanches, les populations de couleur n’avaient donc pas accès à ce soda si particulier.

En 1900, pourtant, le propriétaire contemporain de la recette (Asa Candler) innove en autorisant la vente de coca par des bouteilles de verres. La boisson est donc désormais accessible à tous, ce qui va fortement déplaire aux classes sociales jusqu’ici privilégiées. Commence alors un scandale très médiatisé qui accuse le coca de rendre les populations noires “violentes”, les poussant par exemple au viol ou encore aux agressions.

L’entrepreneur doit faire face à plusieurs procès qui remettent en question ses produits, notamment suite à des témoignages de cas d’addiction et de troubles du comportement. La compagnie a donc dû changer la composition de ses boissons, remplaçant la cocaïne par de la caféine. Aujourd’hui, le soda contient encore des feuilles de coca, mais décocaïnisées… Vous pouvez donc continuer à en boire sans craindre d’addiction !