in

Petrichor : une odeur célèbre au nom méconnu !

Crédits : Pexels / Ravi Kant

Si vous faites partie de ces personnes que la pluie a le don d’apaiser, ces quelques lignes risquent bien de vous intéresser ! En effet, qui n’a jamais profité d’une balade dans les bois après un épisode pluvieux, et apprécié l’atmosphère particulière qui y règne ? Il y a quelques années, un mot a même été inventé pour dénommer cette odeur qui se fait sentir après une averse. Penchons-nous tout de suite sur la naissance de ce néologisme. 

L’odeur d’après la pluie

Il est vrai que le bruit des gouttes d’eau sur les vitres ou simplement le fait de regarder la pluie tomber à travers la fenêtre figurent parmi les activités qui relaxent un bon nombre de personnes. Mais comme vous le devinez, il n’est pas ici question de l’ouïe ou de la vue, mais bien de l’odorat. Il se trouve en effet que l’odeur que l’on peut parfois sentir dans l’air après un épisode pluvieux plaît beaucoup. Vous l’aurez peut-être remarqué : elle est plus forte lorsqu’il n’a pas plu depuis longtemps.

Il se trouve qu’avant les années 1960, cette odeur n’avait pas de nom pour la désigner. Il a fallu attendre l’intervention de deux chercheurs australiens pour y remédier. En 1964, Isabel Bear et Richard Thomas ont en effet utilisé proposé le néologisme petrichor. Ce mot possède des racines étymologiques évocatrices, puisqu’il vient de la combinaison des termes de grec ancien petra (pierre) et ichor (qui désigne le sang des dieux en mythologie). Mais d’où vient donc cette odeur particulière au point qu’on ait dû lui trouver un nom ?

via GIPHY

La chimie organique à l’œuvre

Si cette évocation des odeurs amène plus à la poésie qu’à l’étude scientifique, il se cache derrière ce mot un processus on ne peut plus chimique. Les deux chercheurs ont étudié ce qu’il se passait au sol lors d’un épisode de pluie. Il se trouve que le petrichor désigne plus précisément un composé huileux, généré par les sécrétions des plantes. Il agit de concert avec la géosmine, un composé organique qui est responsable de cette odeur de terre humide si particulière.

Avant les premières gouttes d’eau, le taux d’humidité de l’air augmente, et commence à accélérer l’activité de la géosmine – et a fortiori du petrichor. La chute des gouttes d’eau au sol permet ensuite à ces composés de se répandre dans l’air, et de donner cette odeur à l’atmosphère. Voilà qui explique mieux le nom choisi par les scientifiques pour désigner cette senteur, qui si l’on traduit les termes grecs donne “le sang des pierres”.

Alors à la prochaine averse, pourquoi ne pas enfiler son ciré et ses bottes pour aller humer un peu le petrichor ?

Vous aimerez aussi : 

Peut-on modifier la météo ?

Pourquoi la mer est-elle salée ?

Comment l’éruption cataclysmique de l’an 939 a converti les Islandais au christianisme