in

“Démarrer sur les chapeaux de roue” : explication et origine de cette expression

Crédits : Pixabay / geralt

Ce n’est pas se vanter que la langue française est très riche et regorge de mots et autres expressions plus ou moins alambiquées. Si certaines d’entre elles sont tombées en désuétude, il en est qui défient le temps et se transmettent de génération en génération, même si leur usage se fait plus rare… Alors, pour expliquer l’expression qui nous intéresse ici, faut-il aller jusqu’à associer un couvre-chef et… une roue ? Pas sûr, puisque l’explication est bien plus simple que ça !

Partir trop vite

Démarrer sur les chapeaux de roue signifie s’engager dans une action de manière très (voire trop) rapide. Cela peut aussi désigner quelque chose qui commence fort à un rythme assez soutenu. Dans tous les cas, cela désigne une précipitation à entreprendre quelque chose.

Comme souvent avec les expressions idiomatiques, rien ne sert de chercher un sens littéral avec la signification actuelle de ces mots ! Pour mieux comprendre celle-ci, quelques explications historiques s’imposent, même si elle reste assez récente comparé à d’autres.

Aux débuts de l’automobile, les chapeaux de roue désignaient les enjoliveurs qui ornaient les roues des voitures. Et il se trouve que la technologie dans ce domaine ne permettait pas une tenue de route des plus efficaces.

De fait, lorsqu’une voiture démarrait à vive allure à cette époque, et qui plus est quand il fallait négocier un virage assez rapidement, le véhicule finissait bien souvent… sur les chapeaux de roue. Autrement dit, la vitesse de la voiture la faisait se pencher dans les virages.

via GIPHY

Les débuts de l’automobile 

Les progrès n’étant pas ceux que nous connaissons aujourd’hui, les roues situées de ce côté — et par extension les chapeaux de roue — se retrouvaient donc seules à supporter le poids du véhicule, ce qui avait souvent pour conséquence de provoquer des accidents.

Si par la suite la technologie a permis une meilleure tenue de route, l’expression est restée et a gardé tout son sens pour désigner une personne qui part trop vite. Le nom des chapeaux de roue s’est également effacé pour laisser place à la désignation des enjoliveurs.

Puis ces termes se sont peu à peu généralisés et étendus à d’autres domaines que les voitures. Si elle est donc relativement récente, il n’en reste pas moins qu’elle s’est fait une place dans le paysage linguistique français !

Vous aimerez aussi :

Pourquoi surnomme-t-on New York « la grosse pomme » ?

Quelle est la signification de « Hakuna matata » dans le Roi Lion ?

Pourquoi y a-t-il différents registres de langue ?