in ,

Pourquoi les musulmans ne mangent-ils pas de porc ?

Crédits : Pexels/Pixabay

C’est un fait connu de tous et qui caractérise particulièrement cette religion aux yeux des non-adeptes : les musulmans ne mangent pas de porc. Si cela vous a peut-être intrigué lors de vos premiers repas à la cantine et que vous n’en connaissez toujours pas les véritables raisons, vous voici au bon endroit. L’islam est une religion qui cultive certains interdits, notamment en ce qui concerne la consommation de viande. Tout d’abord en raison des modes de préparation et de capture des animaux. Il est aussi parfois observé plus d’aspects négatifs que positifs lors de leur consommation. Qu’en est-il pour le porc ?

Une pratique de l’Islam inscrite dans le Coran

La viande de porc, sous toutes ses formes (jambon, bacon, filet mignon…), est un aliment interdit par le Coran. Alors, si les musulmans refusent de manger cet animal c’est tout d’abord pour respecter leur principe de soumission à Dieu. Allah saurait ce qui est mieux pour eux, nul besoin de le contester ou d’en connaître les raisons. Néanmoins, le Coran précise que l’animal est perçu comme impur. La consommation de porc présenterait alors des risques sanitaires importants.

Il aurait été prouvé que le porc est le mammifère au système digestif le moins abouti, filtrant très peu les bactéries qu’il ingurgite. On retrouve également l’idée qu’il fait partie des rares animaux qui, en période de famine, étaient capables de se nourrir de sa matière fécale. Cette viande pourrait alors contenir des trichines, des vers parasites, et peut devenir fatale pour l’Homme.

Dans tous les cas, manger du porc est précisément prohibé dans le texte sacré. Le 145e verset de la sixième sourate déclare :

« Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc, car c’est une souillure — ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre qu’Allah ».

Un mode de vie partagé avec d’autres religions

Il est à noter que si les musulmans ne mangent pas de porc, ce dernier est également interdit pour les personnes adeptes du judaïsme, selon la Bible. Dans cette religion également, Dieu expose deux exigences pour qu’un animal soit casher. En effet, les animaux doivent ruminer et avoir leurs sabots fendus. Vous remarquerez alors que le porc a bien les sabots fendus. Cependant, il ne rumine pas, faisant ainsi partie des animaux proscrits. On retrouve cette précision dans le Deutéronome, au chapitre 14 : 7-9 :

« Vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue et le pied fourchu seulement. Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, le lièvre et le daman, qui ruminent, mais qui n’ont pas la corne fendue : vous les regarderez comme impurs. Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas : vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts. »

Ces deux religions bannissent ainsi la viande porcine de leur alimentation, mais l’assouplissement de cet interdit existe. Dans ces deux cultures, si l’individu n’a pas connaissance de ce qu’il mange, ou en cas de famine, il n’est pas dans le péché. Puis, les risques sanitaires liés au cochon sont aujourd’hui très faibles. Peut-être que dans quelques années, les règles musulmanes et usages juifs suivront l’autorisation déjà accordée par la religion chrétienne…

Sources : pleinevie.com – quora.com

Vous aimerez aussi :

Pourquoi les vaches sont-elles sacrées en Inde ?

Dans l’Antiquité, les porcs étaient utilisés pendant la guerre

Les premiers préservatifs inventés étaient faits à partir d’intestins d’animaux