in ,

Pourquoi sommes-nous addicts aux réseaux sociaux ?

Crédits : fizkes/Istock

Aujourd’hui, tout le monde est inscrit à au moins un réseau social : Facebook, Instagram, etc. Ils possèdent de nombreux avantages et peuvent être source d’information. Cependant, pour la plupart d’entre nous, les réseaux sociaux ont pris une part trop importante dans notre vie au point où nous y sommes devenus complètement accros. Il s’agit toutefois d’une addiction dont les dangers sont encore trop méconnus du grand public.

Des chiffres inquiétants

Chaque jour, plus de 5 millions d’images sont publiées sur Instagram et des dizaines de milliers d’heures sont passées sur Facebook. De plus, ces chiffres tendent à augmenter un peu plus chaque année.

Or, des études démontreraient que ce temps passé sur les réseaux aurait un impact négatif sur la santé de chacun. En effet, entre la violence verbale de certains utilisateurs, le surplus d’informations et le cyberharcèlement, les réseaux sociaux peuvent être dangereux pour la santé mentale et peuvent même provoquer une dépression. Les effets néfastes que l’on pourrait retrouver sont ainsi l’insomnie, la solitude, la tristesse et bien d’autres encore. Une personne passant plus de 5 heures par jour sur les réseaux aurait selon les scientifiques 2,8 fois plus de chances d’être atteinte de dépression qu’une personne qui utilise peu ces réseaux.

De plus, une étude réalisée par l’école de management de l’université de Chicago dit que les réseaux sociaux seraient plus addictifs que le tabac ou l’alcool. Les personnes addicts subiraient en outre certains effets néfastes similaires à ceux ayant une addiction à la drogue ou l’alcool. On peut alors se demander pourquoi on continue de s’y rendre malgré les conséquences sur notre santé.

La dopamine : explication

dopamine
Formule chimique d’une molécule de dopamine. Crédits : erzebethh/Pixabay

 

Les réseaux sociaux possèdent aujourd’hui de nombreuses mécaniques : les likes, les commentaires, les partages ou bien encore les hashtags. Or, elles entraînent indirectement l’addiction à ces réseaux. En effet, les gens attendent avec impatience le nombre de likes ou de commentaires qu’ils vont recevoir sur leur photo. Ils vont alors se sentir aimés et cela va augmenter leur estime de soi.

Par ailleurs, une molécule joue un rôle majeur dans cette dépendance : la dopamine. En effet, ce neurotransmetteur est lié au plaisir et à la récompense. C’est cette molécule qui se sécrète lorsque nous recevons un like et qui provoque un sentiment de satisfaction qui nous pousse à continuer d’avoir envie de recevoir d’autres likes ou commentaires.

Il ne faut toutefois pas confondre cette molécule avec la sérotonine, aussi connue sous le nom de “molécule du bonheur”. Ces molécules ne se ressemblent pas et une hausse trop élevée de dopamine peut entraîner une baisse de sérotonine, ce qui facilite la dépression. Les réseaux sociaux sont donc un générateur très puissant de cette molécule, mais il est encore possible de gérer cette addiction.

Les premières solutions face à l’addiction aux réseaux sociaux

Sortir de cette boucle infernale des réseaux sociaux est encore possible si des solutions sont envisagées. Il est ainsi conseillé de continuer à garder des relations sociales régulières ou encore de réaliser des activités physiques qui permettent de nous aérer l’esprit. Les scientifiques conseillent par ailleurs de limiter l’usage des réseaux sociaux à maximum une heure et demie par jour. La mise en place de ce genre de mesures permet à la dopamine de se générer plus naturellement et de se protéger des addictions comme les réseaux sociaux.

En plus de cela, une véritable prise de conscience a eu lieu ces dernières années. En effet, les médecins parlent de plus en plus de ce problème d’addiction ainsi que des artistes comme Angèle ou Orelsan à travers certaines de leurs chansons. Cependant, malgré ces méfiances, cette addiction est encore méconnue du grand public et pourrait être abordée plus régulièrement à l’avenir.

5/5 - (2 votes)