in

Grandir avec des livres autour de soi est bon pour le développement intellectuel 

Crédits : Pexels / Dids

Lorsque l’on vous demande quelle est la pièce la plus importante de la maison, il y a de fortes chances pour que vous répondiez la cuisine – ou au moins pour qu’elle figure parmi les favorites. Mais il semblerait que la nourriture intellectuelle fournie par une grande bibliothèque ait aussi son importance dans le processus de croissance. Mais dans quelle mesure ? 

Livres et capacités intellectuelles : un cocktail bon pour le développement

Petite précision avant de rentrer au cœur du sujet : il est logique de considérer que lire est un facteur de développement intellectuel. C’est pourquoi nous parlons bien ici de bibliothèque en tant que pièce de la maison. Ce qui va donc nous intéresser, c’est de savoir que grandir dans un environnement physique où il y a plus ou moins de livres peut vraisemblablement influer sur le développement intellectuel de chacun·e, et ce dans diverses disciplines.

La musique adoucit les mœurs, c’est bien connu. Alors pourquoi une bibliothèque bien fournie n’aurait-elle pas elle aussi son lot de bonnes ondes ? C’est ce qu’ont voulu savoir 3 scientifiques originaires des États-Unis et d’Australie. Après l’étude de données de 31 pays, ils ont taché de déterminer l’influence du nombre de livres présents dans la maison au moment de l’adolescence sur les adultes.

Plus précisément, ils se sont penchés sur les capacités à lire et synthétiser un texte de manière efficace et à comprendre les enjeux d’une situation donnée par un texte – literacy, que l’on peut traduire par alphabétisation. Les facilités en mathématiques et en gestion d’outils informatiques et autres appareils électroniques faisaient aussi partie des sujets étudiés.

lecture lire livre
Crédits : Pexels / Alex Gállego

Un héritage matériel qui favorise la lecture

Selon les résultats, grandir avec des livres autour de soi aide grandement au développement de ces capacités. Ce quelle que soit l’éducation reçue, et si tant est que l’on peut quantifier l’intelligence. Les chercheurs ont alors conclu que ces aptitudes étaient développées à partir de 80 livres, et qu’elles stagnaient à 350. Les observations les plus flagrantes à propos de ces améliorations l’ont été dans le domaine de la compréhension de textes.

Faut-il alors “juger” une personne à sa bibliothèque, quand bien même l’adage dit que l’on ne juge pas un livre à sa couverture ? Rien n’est moins sûr. Ce n’est pas l’apparence qui compte ici, mais bien l’environnement qui est créé. Car si l’étude s’est avant tout penchée sur le nombre de livres, difficile de ne pas voir un lien de cause à effet entre une bibliothèque bien remplie et l’augmentation de certaines capacités par la lecture.

À ce sujet, les chercheurs affirment que les enfants qui voient leurs parents lire sont plus facilement susceptibles de lire eux-mêmes. Et ainsi d’acquérir des connaissances. C’est en quelque sorte un cercle vertueux qui se met en place. Plus la bibliothèque familiale est remplie, plus les chances de s’améliorer sont grandes pour celles et ceux qui y grandissent…

Vous aimerez aussi : 

Quels sont les livres les plus vendus dans le monde ?

Vous avez sûrement lu un de ces livres les plus censurés au monde

Qu’est-ce qu’une madeleine de Proust ?