in

L’orgasme musical existe bel et bien !

Crédits : Pexels / rawpixel.com

Les plus mélomanes de tous les horizons musicaux ont peut-être déjà expérimenté cette sensation quasiment indéfinissable de plénitude à l’écoute d’un de leurs morceaux préférés. D’aucuns n’hésitent pas à qualifier cette sensation d’orgasme musical… Faut-il leur donner raison ? Après tout, si nous parlons déjà d’orgasme culinaire, pourquoi ne pas considérer qu’il en existe également un pour la musique ? Des scientifiques se sont penchés sur la question. 

Les symptômes de ce bien-être

La musique à l’avantage de convenir a tous les événements de la vie, et peut maintenant s’écouter partout et dans toutes circonstances grâce aux nouvelles technologies et au développement des plateformes de streaming. Son influence sur notre bien-être n’est d’ailleurs plus à prouver. Mais ces effets bénéfiques sont-ils quantifiables ? Pour le savoir, les chercheurs américains Luka Harrison et Psyche Loui ont étudié les diverses réponses physiologiques de notre corps à l’écoute de morceaux de musique.

Il s’agissait pour eux de se concentrer sur « ce moment où la musique résonne si profondément et viscéralement qu’elle provoque une réponse physique du corps ». Ils ont donc commencé par recenser les symptômes physiques, tels que les frissons, chair de poule et autres frémissements au niveau des bras et de la colonne vertébrale, ainsi que des larmes. Les signes émotionnels évoqués faisaient état d’un sentiment de plénitude, d’unicité voire de transcendance. Les symptômes variaient selon les différentes personnes.

via GIPHY

L’orgasme de la peau

Mais comment expliquer une telle réponse à l’écoute de musique ? Selon les chercheurs, il s’agit d’une réponse émotionnelle et neurologique du cerveau. À l’écoute d’un morceau qui nous plaît, le cerveau active le même système de récompense qui est mobilisé par exemple avec la nourriture ou le sexe. Le choix du mot n’est donc pas exagéré ! Cette réaction physiologique se traduit donc par les signes physiques qui ont été évoqués plus haut.

Pour résumer cette sensation au mieux, Loui et Harrison évoquent donc un « orgasme de la peau ». Ils rappellent toutefois que le mot frisson est plus adapté dans la description de cet état. Selon eux, celui-ci « affecte différentes parties du corps en fonction de la personne et des circonstances ». Pour ce qui est des morceaux susceptibles de provoquer ces sensations, ils changent selon qui les écoute. Ce qui compte, c’est d’être familier·ère de cette musique, peu importe qu’il s’agisse de musique classique ou de rock !

Et vous, à quelles chansons avez-vous pensé en lisant cet article ?

Vous aimerez aussi : 

Pourquoi les notes de musiques s’appellent-elles Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si ?

La musique “Staying Alive” des Bee Gees peut sauver des vies

D’où nous vient cette habitude d’applaudir ?