in

Fin du débat : faut-il parler de “chocolatine” ou de “pain au chocolat” ?

pain au chocolat
Crédits : Flickr

Alors que les députés ont rejeté, ce 27 mai 2018, l’amendement intitulé “chocolatine”, réclamant la modification du code rural et de la pêche maritime afin de “valoriser l’usage courant d’appellation due à la notoriété publique du produit et de ses qualités reconnues au travers d’une appellation populaire“, selon Franceinfo, le débat sur l’appellation légitime de cette viennoiserie est remis sur le tapis. Alors, chocolatine ou pain au chocolat ? Rassurez-vous, nous clouons désormais le dossier, nous avons la réponse !

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a décidé de ne pas donner plus d’importance à ce débat et les députés ont également pensé qu’il n’était pas du niveau du Parlement en rejetant ce texte. Pourtant, c’est un débat régional qui revient souvent, il s’agit même d’un des principaux problèmes gastronomiques du pays et l’on aimerait enfin clouer le bec à celles et ceux qui soutiennent mordicus que leur expression est la plus valable. Mais qui a donc tort ?

Commençons pour le commencement. Nous parlons bien de cette viennoiserie composée de pâte levée feuilletée rectangulaire, fourrée avec du chocolat. Elle est d’ailleurs facilement réalisable de nos jours grâce à un robot pâtissier. Bref, elle est un délice, sans conteste et ne méritait pas qu’on se divise à son sujet. D’ailleurs, seules les régions bordelaises et toulousaines emploient le terme “chocolatine” en plus de quelques québécois, on pourrait alors se dire que ça ne vaut pas la peine d’aller plus loin. Mais si l’on veut compliquer les choses, soulignons qu’en Belgique il est courant de parler de “couque au chocolat”, même si tout le monde comprend bien le terme “pain au chocolat”.

Remontons à ses origines

Alors, il s’agit de mettre tout le monde d’accord et, pour ce faire, revenons aux origines de cette viennoiserie. Elle est directement inspirée des pâtisseries viennoises, en Autriche, dans une période de forts échanges culturels entre ces pays. La première boulangerie “viennoise” voit le jour à Paris dans les années 1830, précisément au 92 rue Richelieu, dans le deuxième arrondissement. Elle créera sensation et diffusera la tendance à la viennoiserie dans toute la ville, dans un premier temps.

Mais d’où vient cette idée de “chocolatine” ?

Ces viennoiseries sont réalisées avec de la pâte à brioche, reprenant la recette d’un croissant fourré au chocolat, appelé schokoladencroissant, en autrichien. Et c’est là qu’arrive l’hypothèse la plus valable concernant l’origine du terme “chocolatine”. Ce serait lors de séjours en Autriche, en entendant “schokoladencroissant” que serait venu le mot “chocolatine”. Une déformation linguistique, en somme. Le terme “pain au chocolat”, bien qu’également utilisé en France au XIXe siècle, désignait initialement un morceau de pain dans lequel on fourrait un bout de chocolat, pour le goûter des écoliers, d’après Nicolas Berge, l’auteur de Chocolat, mots et gestes.

Quel est le terme technique le plus adéquat ?

Les écoles de pâtisseries utilisent le terme “pain au chocolat” et ce depuis le “Traité élémentaire et pratique de la pâtisserie moderne et ancienne” d’Antonin Carême datant de 1828. Il nommait “pain” ou “petit pain” toutes les pâtes fourrées.

Cependant, lorsque l’on se penche sur la composition de cette viennoiserie, on note que ce que l’on appelle communément “pain” en boulangerie est généralement fabriqué avec de la pâte à pain. Or, le “pain au chocolat” est composé de pâte levée feuilletée.

Parler de “pain” pour quelque chose qui ne ressemble pas à du pain serait comme un non-sens, notamment pour les étrangers, même si, partout dans le monde, ce terme reste acquis et plus répandu que le mot “chocolatine”.

Ami(e)s non-bordelais et non-toulousains, il faut se rendre à l’évidence, le terme “chocolatine” serait plus sensé d’un point de vue culinaire et historique même s’il n’est définitivement pas le terme officiel. Mais a-t-on envie de changer les habitudes de la majorité sur cette planète ? Cela entraînerait sûrement le changement du terme “pain au raisin”, en plus…

Source

Articles liés :

Manger bio, est-ce vraiment meilleur pour la santé ?

On survivrait mieux sans manger que sans dormir

Pour combattre le sucre, il faut manger du beurre !

Fin du débat : faut-il parler de “chocolatine” ou de “pain au chocolat” ?
noté 5 - 2 votes