in

3 mythes et légendes sur les arcs-en-ciel

Crédits : Pixnio

L’arc-en-ciel est un photométéore, un phénomène optique surprenant qui laisse éberlués les plus rêveurs d’entre nous, laissant croire à de la magie. Ce dégradé de couleur continu provoqué par la pluie fut le fruit de nombreuses légendes dans le monde entier, dont voici les plus savoureuses.

Le leprechaun et le chaudron d’or

Cette légende irlandaise, assez répandue en Europe, vous revient sûrement à l’esprit à la vue de ces bandes colorées. Elle raconte qu’un leprechaun (petit lutin vert malicieux) possèderait un chaudron magique plein de pièces d’or qu’il cacherait soigneusement aux pieds des arcs-en-ciel. Seul un leprechaun serait capable de retrouver ce chaudron, le plus difficile étant de mettre la main sur un de ces lutins (ils s’en iraient en un battement de cil !). Mais cela vaudrait le coup d’essayer puisque l’histoire assure que celui qui parvient à trouver un chaudron déborderait de richesses et serait assuré de sa prospérité pour l’éternité.

La mythologie chrétienne et juive du pardon – l’arche de Noé

Autre mythe populaire, celui de l’arche de Noé. Dieu désirait faire payer aux Hommes le prix de leurs péchés, décida de provoquer un déluge qui détruirait tout sur son passage. Dieu décidait cependant d’épargner la vie d’un seul homme bon, Noé, et lui ordonna de construire une grande arche où il ferait monter un mâle et une femelle de chaque espèce animale. Les pluies torrentielles s’abattirent alors, la pluie battait sans fin pendant trois jours puis, les eaux s’en allèrent et Dieu dit à Noé : « je vous offrirai un arc-en-ciel après chaque pluie pour vous rappeler notre alliance et pour vous assurer qu’il n’y aura plus jamais pareil déluge… ».

Crédits : Pixabay

L’arc-en-ciel représente ainsi, dans la chrétienté, le pardon, « la réconciliation entre Dieu et les Hommes ».

Un pont flottant vers le ciel

L’arc-en-ciel est aussi couramment perçu dans les légendes du monde comme un pont flottant vers le ciel. Au Japon, notamment, il serait un « escalier aux sept couleurs » utilisé par Bouddha pour descendre du ciel. En Russie, en Autriche, en Polynésie et dans bien d’autres contrées, il formerait la porte d’entrée vers le ciel empruntée par des Dieux, des chamans, des héros légendaires ou, comme au Tibet, seulement l’âme des souverains s’élevant vers le ciel.

Plus atypique, en Allemagne, il serait le bol utilisé par Dieu pour tenir ses pinceaux lorsqu’il colore les oiseaux. À chacun ses histoires autour de ce beau phénomène !

Sources : mythologie13 ; guide-irlande